Ma tête et votre or

Est-ce le manque ? Manque de temps, d’énergie

Le manque d’inspiration ou inconsciemment d’envie…

Est-ce parce que, ce que je lis est tellement joli

Que cette éblouissante lecture, à elle seule, me nourrit ?

 

Ma tête sonne la cloche vide toutes les heures

Elle ne sait plus écrire les mots, ni le noble bonheur

Ni l’horrible drame, ni le doux monde imaginaire

Qui vit et virevolte dans cette tête qui se perd…

 

Une tempête de sable au milieu d’un bien grand vide

Et le néant tourne dans cette pauvre tête avide,

Sans fin. Appétit du mariage de beaux mots

Ecrits par une bouche muette, son unique placebo.

 

Comment avancer sans essence de mots pour mon cœur,

S’il n’y a plus rien à pomper dans mes prochaines heures ?

Que me restera-t-il si la tempête imprévue me les disperse

En offrande aux étoiles, aux Hommes ou encore aux Déesses ?

 

Les vitrines que vous m’offrez m’allèchent mais m’assèchent

Vos mots sont doux et forts et rendent les miens bien rêches

Vos trouvailles intimident et piétinent mes pieux trésors …

Cela étant c’est vous qui m’offrez les plus belles richesses : votre or.

 

Votre encre qui se transforme en don à chaque détour de phrase

Qui coule sous mes yeux, réveil étincelant… Il n’y pas d’emphase,

Non, mille brillants naissent de vos mots dans mon regard ému

De ne pas les faire naître à mon tour quand ma plume est perdue …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *