Le journal

Souvent, très souvent, je vous écoute, je vous vois, je vous hume, je vous regarde, je vous croise un instant et je vous imagine. Je vous invente des histoires, des prénoms, je pioche des mots de vos conversations, je vole vos sourires, ou l’aperçu d’une larme qui coule. J’happe vos sentiments, où ce que je crois être vos sentiments. Souvent, tous les jours, je vous vis. Parce que vous êtes réels, même si quelques fois c’est dans ma tête que vous vous promenez….

Alors je me suis dit, je vais tenir votre journal. Je vais écrire vos histoires, je vais les marquer dans le temps, quelque part. Quelque part, ce sont vos vies qui créent l’histoire…

Voici un extrait :

Le journal de Fleur

 


Jeudi 17 octobre 2013

 

Il y a des choses qui se découvrent, qui ne s’apprennent pas … Voilà ce que je lui ai répondu. Il était beau, naturellement beau, malgré ses extravagances d’enfant. Ces dessins sur cette peau si claire, pour la cacher, un peu de pudeur, qui sait ? Moi je ne lui ai pas demandé, je n’ai tout simplement pas osé, je plongeais mon regard sur mes mains plutôt que dans ses yeux, c’était plus simple ! Et en même temps j’en disais déjà beaucoup avec ce refus de le voir me voir. Lui l’espoir même que tout, tout peut recommencer un jour, si on le souhaite vraiment.

Mais il y a des choses qui se découvrent, qui ne s’apprennent pas… A cet instant précis, j’aurais aimé ouvrir une parenthèse sucrée pour être cette chose qui se découvre…. A cet instant précis si j’avais pu… Quelques secondes seulement.

Il était encore là, je pense qu’il souriait. Je souriais à l’idée de ses pensées mais n’osais toujours pas le regarder. Il a laissé la porte ouverte en sortant, comme une invitation discrète.

Vous allez me demander ce que j’ai fait ? Et bien je vous répondrais qu’il y a des choses qui se découvrent, qui ne s’apprennent pas…

 

Fleur,

toujours aussi petite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *