Lettre ouverte aux voisins…

« Chers voisins,

 

Pas que je ne vous aime pas, non c’est pire, votre manque de respect m’accable. Je comprends mieux qu’un pays puisse partir autant en cacahuète quand on réalise que le respect entre voisins n’est plus. Mais ne changeons pas de sujet….

Surtout quand on choisit de vivre dans des immeubles anciens, sans isolation phonique ultra performante. Bien sûr je conçois que chacun a le droit de vivre chez lui comme il le souhaite, a le droit à son intimité! Mais justement l’intimité…

 

Votre intimité me fait peur, vos cris dignes d’un film porno pour animaux en manque d’érection ; vos gémissements qui cassent net toute envie de faire l’amour, mais à la limite donne envie de voir comment l’homme peut redevenir aussi bestial. Et vos mots doux… Vous avez lu « cinquante nuances » peut-être? Vos exercices « amoureux » me rendent tout simplement dingue.

Pas que je sois frustrée, ni jalouse, n’interprétez pas mal mon supplice, non, je suis juste emmerdée à chaque fois que je souhaiterai dormir…

 

Je ne sais pas, trouvez une cage digne pour votre reproduction, ou un producteur qui rêve d’avoir des doublages rigolos, ou alors variez les plaisirs, faites ça dans votre voiture, le dimanche midi en même temps qu’une série merdique de TF1. Bâillonnez-vous ! Ou apprenez à le faire sans accentuer vos jouissements, qui je pense sont plus de la simulation tellement ils sont répétitifs. Oui vos cris ne sont même pas crédibles…. A la limite quand Monsieur termine, et encore « Putain, putain, putain… » manque de romantisme et d’originalité…  Ils sont juste casse-couille dans ce petit immeuble où je passe mes nuits. Bercez-moi d’un bon vieux lit qui grince, et qui laisse l’imagination y voir de l’amour, de la sensualité, des corps qui se font plaisir… des petits gémissements sincères…

 

En tout cas, chers voisins, j’espère que vous savez la chance que vous avez de vous être rencontré, … Bref, chacun ayant le droit de faire ce qu’il veut chez lui, je tiens juste à vous informer que dorénavant à chaque fois que vous m’empêcherez de dormir avec vos imitations de cris d’animaux de la ferme, tel le baudet, je partagerai mes mauvais goûts musicaux avec vous. Ma « Play List » se composera de Chantal Goya, Patrick Sébastien et autres fanfarons. Quitte à passer une nuit de merde,  je ferai comme vous, je partagerai…

 

Bien à vous. »

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *