L’humeur vagabonde – Antoine Blondin

L’humeur vagabonde.

Sous ce joli titre, se cache une vie qui se cherche, qui pense que Paris la belle est la solution à une vie terne de campagnard. Mais Paris peut être un mur pour les rêveurs, comme toutes les grandes villes, et s’y cogner a des conséquences…

« …un jour, nous prendrons des trains qui partent. »

Bonne lecture !

Disponible ici

Résumé  : « Après la Seconde Guerre mondiale, les trains recommencèrent à rouler. On rétablit le tortillard qui reliait notre village à la préfecture ». Benoît Laborie quitte femme et enfants pour tenter fortune à Paris. Rastignac triste, il s’égare dans le cimetière du Père-Lachaise. Quand il revient au pays, sa mère le prend pour un amant de sa femme et tue l’épouse supposée infidèle. Parce qu’il dégage un parfum de crime, la capitale s’offre à lui. Pas pour longtemps. Un nouveau caprice du Tout-Paris, et il est rejeté. L’humeur vagabonde est une fable comique et triste, une petite musique aigre-douce au ton inimitable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *