Parfois

Le crépitement de la radio, pas l’ordi

Pas la chaine-hifi, non le poste radio

Ami fidèle dans un coin de cuisine

Qui allume la solitude du lieu parfois

Le crépitement de la radio, dans le fond

Dame de compagnie intime et fidèle

Couvrant le bruit qu’on entend plus

Couvrant le silence trop pesant parfois

Les conversations de tous ces gens

Que l’on ne connait pas, dans le fond

Leurs invitations a penser comme eux

Ils disent des choses à méditer parfois

Cette musique qu’on ne connait pas

Ou plus et les paroles qu’on oublie

Aussi, les paroles ça s’oublient aussi.

Même qu’on danse sur des airs parfois

Tout s’oublie quand la radio gronde

On laisse entrer que les crépitements

Un peu comme un feu de cheminée

Il faut avoir un brun d’imagination, parfois

Le crépitement de la radio, rien d’autre

Quand tes doigts cherchent doucement

Ce que tes oreilles veulent entendre

Dans la cuisine, tu t’évades parfois…

573603d828d21218779b02b25426ecb0

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *