Aspire à une vie simple et passe son temps à la compliquer

Et puis le vide, la chute est longue quand on tombe dedans

Autant de vide alors qu’on ne sait plus donner, même aimer

Est un verbe qui glisse entre les doigts au passé, au présent

On ne sait plus vraiment le conjuguer au futur et pourtant… 

Mais pas de prévision sur les prochains temps où il brillera

Pas non plus de satellite sur nos têtes annonçant pluie et vent

Demain est dans tellement longtemps quand on y va pas.

5f886ab4abcba165a0427a4335a35faa

C’est un appel du pied que me fait le ciel
A chaque fois que mes yeux se posent
Sur sa robe de jour aux mille pastelles,
Sur sa robe de nuit portée comme il l’ose

Et les jours où il reflète le morose du bitume
Je sais qu’au-dessus les bleus se mélangent
Comme certains cachent sous bien des costumes
Leur brillante réalité qui parfois dérange.

Je rêve d’un coup de foudre en plein vol
Je rêve d’un vol sur un coup de tête
Mes pieds déjà de la terre décollent
En moins d’un clic, ma valise est prête !

8bc72a4ef21c6cad5e586d2e4f20c8e3

« Le pin le plus haut est celui que le vent agite le plus souvent »

Horace Walpole

Si je me plante encore

Qui viendra m’arroser ?

Tel un arbre qui dort

Aimer sera vite oublié

Les racines donneront

Des ailes, m’éloigner.

Et ce que nous étions

Sera vite enterré

Les feuilles du souvenir

A l’automne tomberont

Et à nouveau les rires,

J’entends à l’horizon.

Les nuages pour oreiller

Les fruits pour enfants

La terre pour souliers

Le vent pour amant.

Si je me plante encore

Avec une place au soleil

Laissez-moi dehors,

Pin, moi, m’émerveille

Tel un arbre qui dort

Mes épines piqueront

Si tu t’approches encore

De ce que nous étions.

12/2014