Cette putain de foutue page blanche

Vierge de mots divins ou vulgaires

Qui a tant à dire et ne dit rien …

Je te demanderais juste : pourquoi ?

Pourquoi ne me laisses tu pas

T’envahir de mes folles pensées ?

Pourquoi tu ne veux pas du labyrinthe

De mes mots, se chamaillant là

Sur le bout de ma langue ?

Pourquoi tu ne veux pas qu’ils vivent ?

Qu’ils se posent sur ton dos,

Qu’ils soulagent mon esprit ?

Leur invasion est trop lourde à porter

Je dois pouvoir les envoyer valser

Sur une douce feuille de papier…

Mais cette putain de feuille blanche

Me nargue de sa pureté, pas un mots

Même pas une musique, alors qu’il y a tant…

Mais tu ne dis rien.

« Ne croyez pas que je sois en pause,
Même si parfois une pause s’impose…
Non, je travaille sur un autre projet
Un projet encore un peu secret

Pour plein de raisons, déjà pas terminé
Pas sur qu’il voir le jour comme je l’aimerais
C’est-à-dire sous toutes ses formes possibles
Là il est en montage de lettres et de styles…

Il avance à son rythme, plutôt bien
Il compte 40 pages et vogue vers la fin
Ensuite, ensuite,
La suite … »

Ses lignes

63592e3d19d35aed9a1e5c7dca52db85

J’en ai rêvé, j’en ai parlé, j’ai pas osé, j’n’ai pas trouvé, j’ai baissé les bras, je me suis dit que ça ne servait à rien, j’ai arrêté, j’ai repris, j’ai aimé, j’ai écouté, je me suis demandé pourquoi, et aussi pourquoi pas, j’ai continué, j’ai été bousculée…

Beaucoup de « je » grâce à vous.

Voilà, il est là, il s’est matérialisé pour mon plus grand bonheur : aboutissement…

MERCI !

Disponible ici, clic clic :